Cartefoi.net
Envoyer une carte virtuelle
Connaître Jésus
Devenir chrétien
Vie chrétienne
Vocation
Prière et célébration
Chapelles d`adoration
Compléments
Tribunes
Accueil > Vocations chrétiennes > Diaconat > Vie consacrée Plan
Rechercher
Télécharger
 
Vie religieuse - Présentation
Vocation - intro

Vie religieuse - Présentation

Soeurs de la charité de St-Louis

Frères du Sacré-Coeur

Religieux de Saint-Vincent-de-Paul

Les Maristes

Soeurs de l'Enfant-Jésus de Chauffailles



Russir sa vie c'est
- rpondre au projet de Dieu sur soi,
- porter des fruits,
- se donner totalement pour btir un monde o rgne l'AMOUR

En quelques Mots

Le seul remede contre la solitude et le dsespoir, c'est l'Amour.    - Mre Teresa de Culcuta Dieu appelle certaines personnes à vivre d'une façon radicale l'amour de charité. Ces personnes renoncent à accumuler des biens pour elles-mêmes. Elles donnent leurs revenus à des projets ou des oeuvres d'éducation ou de service par l'intermédiaire d'une communauté. Elles délirnitent leur liberté personnelle par la charité vécue en communauté. Elles renoncent enfin à l'amour exclusif d'une personne pour s'ouvrir à l'amour vécu pour tous.

Ces personnes prononcent ce qu'on appelle les voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance, voeux qui les aideront à se donner entièrement à Jésus Christ et aux autres. Ce sont les religieux et religieuses, frères, soeurs et religieux-prêtres. Vivant en communauté, la plupart mènent une vie active dans des engagements de toutes sortes. Mais un certain nombre, tout en travaillant pour gagner leur vie, s'adonnent principalement à une vie centrée sur la prière et la contemplation: ce sont les moines et moniales.

Signes d'appel à la vie religieuse :
- Tu constates en toi les dispositions suivantes:
- Tu as le goût de prier (ou tu as le désir de développer le goût de la prière); ton attachement à Jésus Christ est ferme; tu as senti de temps à autre, quand tu étais jeune, monter en toi un désir encore imprécis de devenir " frère ", "  soeur,, ou " père " ; tu ne tiens pas à l'argent, à tout posséder et à dominer les autres; tu peux vivre simplement, sans beaucoup d'exigences; tu es prêt à renoncer à ta façon personnelle de voir au profit d'un groupe ou d'une équipe, quand c'est pour un bien plus grand.
- Tu aimes vivre en équipe, avec un groupe. Cela te stimule, te rend plus créateur. Tu es même disposé(e) à renoncer à tes aises, à tes idées pour travailler avec d'autres, avec un groupe ou une communauté.
- Il est bien possible alors que tu aies la vocation religieuse. Consulte un religieux, une religieuse, un prêtre. Ils t'aideront à voir plus clair.

VIE RELIGIEUSE ET VIE DIOCÉSAINE*

Il est bon de noter que notre Synode parle de la vie religieuse. Car la pro- mouvoir relève de la responsabilité de toute l'Église, et non seulement des membres des congrégations religieuses. Tout comme nous sommes responsables ensemble de la vocation au laïcat. Les vocations sont toutes importantes pour la vie de l'Église, et complémentaires. La vie religieuse est une des formes du témoignage rendu à l'évangile, dans l'Église et dans la société.

L'attachement à l'évangile suscite chez certaines personnes le désir de le vivre selon une des formes de la vie religieuse, ou consacrée. On dit parfois que c'est une volonté de vivre l'évangile dans sa radicalité, ce qui ne veut pas dire que d'autres, dans la vie de famille, par exemple, le vivraient moins intensément. Bien plutôt, c'est une façon de le vivre sans les médiations habituelles.

Chercher Dieu dans le silence, en communion avec toute l'humanité, peut remplir le coeur d'une moniale ou d'un moine, en prenant une partie de l'espace affectif qu'occupe habituellement l'amour d'une famille; même s'il demeure un vide, qui est comme un appel à Dieu. Le service des pauvres, des malades ou des enfants, au nom de Dieu et de Jésus, peut tellement occuper le coeur d'une soeur de vie apostolique qu'il devient prioritaire par rapport aux autres options de vie chrétienne.

Ces formes particulières du témoignage rendu à l'évangile et au mystère de la présence de Dieu sont une richesse pour toute l'Église. Elles sont une richesse pour toute personne chrétienne, même si ce n'est pas sa vocation personnelle. Tout comme la vocation des gens mariés est une richesse commune, y compris pour les religieux, même si ce n'est pas leur vocation personnelle.

Les diverses vocations manifestent, avec des accents différents, des aspects de la vocation chrétienne et humaine commune. Il ne s'agit pas de se demander laquelle est la plus grande, de la vie religieuse ou de la vie dans le mariage, par exemple. Il faut de toutes les vocations pour manifester la richesse et la polyvalence de l'évangile.

Ne pas faire sa place à la vie religieuse, dans l'image que nous nous faisons de l'Église, ce serait laisser de côté certaines des voies possibles pour vivre l'évangile dans une vie humaine, et des manières qu'a l'évangile d'inspirer et de donner forme à une vie humaine. Il faut que la vie religieuse fasse partie du visage de l'Église pour que ce visage ait tous ses traits.

Il est donc important d'encourager des jeunes à embrasser ce genre de vie, cette vocation, et de les accompagner, comme les propositions devant nous nous y invitent; il l'est aussi d'inclure la vie religieuse dans les traits du visage que nous voulons donner à notre Église diocésaine, pour que son témoignage de l'évangile soit intégral.

*Texte préparé en vue d'une intervention à l'assemblée plénière du Synode diocésain de Montréal

P. Denis DION, o.p.,
Prieur provincial
2715, Chemin de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal, (Québec)
H3T IB6
Tiré de : La vie des communautés religieuses
Vol.57, No1, Janvier-février 1999
pp.58-59