Cartefoi.net
Envoyer une carte virtuelle
Conna√ģtre J√©sus
Devenir chrétien
Vie chrétienne
Vocation
Prière et célébration
Chapelles d`adoration
Compléments
Tribunes
Accueil > Textes Plan
Rechercher
Télécharger

Catéchuménat - Extrait de Flavius Josephe




Flavius Jos√®phe √©tait originaire de J√©rusalem, mais il passa ses derni√®res ann√©es √† Rome. Nous trouvons chez lui le nom de J√©sus cit√© occasionnellement dans une mention au sujet de Jacques, le "fr√®re du Seigneur" (Mc 6,2; Mt 13,55, Ga 1,19). Il s'agit de fait d'Anne II, Grand-Pr√™tre du parti des sadduc√©ens et connu pour sa grande duret√© de coeur: "Il convoqua le Sanh√©drin pour si√©ger en justice et lui pr√©senta le fr√®re de J√©sus, - celui qui est appel√© Christ, - son nom √©tait Jacques, et avec lui quelques autres. Il les accusa de transgressions de la Loi et les fit condamner √† √™tre lapid√©s". (Antiquit√©s Juives XX 9,1 par. 200). Aucune raison s√©rieuse n'impose de voir dans ce passage une interpolation ult√©rieure, bien que certains critiques aient pr√©tendu que cette expression (J√©sus-Christ) ne pouvait pas √™tre concevable sous la plume d'un auteur juif se rattachant √† la tradition pharisa√Įque. √Ä cela on peut r√©pondre que J√©sus √©tant connu en monde gr√©co-romain sous le nom de Christ, ainsi que les documents cit√©s plus haut permettent de l'affirmer, Jos√®phe pouvait parfaitement utiliser cette d√©nomination sans confesser pour autant la messianit√© de J√©sus. Il parlait le langage des lecteurs et ceux-ci √©taient pa√Įens.

Son oeuvre comporte un autre témoignage à propos de Jésus. Il est très connu et se trouve dans le chapitre consacré au manda du Procureur Ponce Pilate. Mais il est contesté à juste titre.

"C'√©tait l'√©poque o√Ļ vivait J√©sus, un homme sage; si tant est que l'on puisse l'appeler un homme. Car il a accompli des oeuvres merveilleuses. Il fut le ma√ģtre de doctrin ede ceux qui acceptaient la v√©rit√© avec amour et nombreux furent les juifs et les pa√Įens √† s'attacher √† lui. C'√©tait le Christ. Nos dirigeants l'accus√®rent. Sur quoi Pilate le condamna au supplice de la croix. les disciples qi l'avaient aim√© drant sa vie lui dmeurr√®rent fid√®les, car apr√®s trois jours ils eurent l'apparition du ressuscit√©. Ainsi se r√©alis√®rent en lui, avec mille autres faits merveilleux, ce que Dieu avait annonc√© par la vois de ses proph√®tes. La race de ceux qui s'appellent chr√©tiens en r√©f√©rence √† lui, est toujours vivante de nos jours. " (Ibid. XVIII, 3; 3 par. 63)

Cette citation se trouve dans l'Histoire Eccl√©siastique d'Eus√®be de C√©sar√©e (de Palestine) du d√©but du 4e si√®cle (I, 11, 7 ss.). Nous la retrouvons √©galement dans tous les manuscrits mais ils ne sont pas ant√©rieurs au Moyen-√āge et certains ne remontent m√™me qu'au d√©but des Temps Modernes. Son authenticit√© demeure de toute fa√ßon ind√©fendable. Pareille d√©claration ne peut √™tre attribu√©e √† un auteur juif, seul un chr√©tien pouvait s'exprimer ainsi. Nous savons que Jos√®phe est demeur√© fid√®le au juda√Įsme jusqu'√† sa mort. Certains savants attribueraient volontiers √† cet historien une allusion au Christ et peut-√™tre invoque√©e. Une main chr√©tienne aurait alors d√©velopp√© ce noyau ou l'aurait remplac√© par la teneur actuelle. De toute √©vidence le texte est d√Ľ √† une main chr√©tienne, et son origine pourrait remonter au 3e si√®cle.

"Il convoqua le Sanhédrin pour siéger en justice et lui présenta le frère de Jésus, - celui qui est appelé Christ, - son nom était Jacques, et avec lui quelques autres. Il les accusa de transgressions de la Loi et les fit condamner à être lapidés". (Antiquités Juives XX 9,1 par. 200).

"C'√©tait l'√©poque o√Ļ vivait J√©sus, un homme sage; si tant est que l'on puisse l'appeler un homme. Car il a accompli des oeuvres merveilleuses. Il fut le ma√ģtre de doctrin ede ceux qui acceptaient la v√©rit√© avec amour et nombreux furent les juifs et les pa√Įens √† s'attacher √† lui. C'√©tait le Christ. Nos dirigeants l'accus√®rent. Sur quoi Pilate le condamna au supplice de la croix. les disciples qi l'avaient aim√© drant sa vie lui dmeurr√®rent fid√®les, car apr√®s trois jours ils eurent l'apparition du ressuscit√©. Ainsi se r√©alis√®rent en lui, avec mille autres faits merveilleux, ce que Dieu avait annonc√© par la vois de ses proph√®tes. La race de ceux qui s'appellent chr√©tiens en r√©f√©rence √† lui, est toujours vivante de nos jours. " (Ibid. XVIII, 3; 3 par. 63)



Par Patrick Allaire, ptre






Revoir le texte de base
Tous les textes complémentaires :     Cliquz ici.

Des r√©actions suite √† cette r√©flexion?     √Čcrivez-nous.